Le LIEN : changeons de cap

Les derniers 9 kilomètres du LIEN connectent des activités dont les effets cumulés sont destructeurs pour notre santé et pour la biodiversité. Mobilisons nous pour une transition écologique et contre des infrastructures qui dévorent toujours plus nos espaces verts.

  • L’extension de la carrière de Combaillaux,
  •  Le développement de la Zac de Bel Air développée,
  • L’implantation d’un Décatlhon implanté entre Saint Clément de Rivière/Saint Gély
  • La connexion entre deux autoroutes (A9 et A750)

Avec France Nature Environnement-LR à laquelle nous nous sommes affiliés dans le cadre de la carrière, nous posons la question du fractionnement des projets et de la sous-estimation  de la pollution atmosphérique et des  incidences sur l’environnement et la santé par nos autorités territoires. Il faudrait évaluer dans leur globalité les pollutions induites par les trafics. Pour la seule carrière, le LIEN ouvre la porte à la rotation de camions estimée à 1 camion toutes les 4 minutes. Si l’on y ajoute, les camions de Bel Air, les camions des autoroutes et les trafics de 25 000 voitures, le paysage change singulièrement. Sans compter l’artificialisation des sols, la destruction des écosystèmes, les risques de pollution de l’eau, etc.

Agissons ici, comme ailleurs

Comment prendre au sérieux l’urgence climatique ? Comment baisser de moitié les émissions de CO2 d’ici 2030 comme nous y engage le Plan Climat reconnu par la communauté des communes du Grand Pic Saint Loup? Quelles sont les politiques effectives mises en place à Combaillaux pour réduire le trafic routier ou pour encourager les formes alternatives de mobilité douce ?

Les mesures élaborées par la convention citoyenne pour le climat nous aide à concevoir nos mobilités autrement.

  • Travaillons pour interpeller les élus afin qu’ils changent de cap et prennent en considération les pollutions induites par de telles infrastructures.
  • Continuons à exiger de nombreux aménagements routiers, afin de garantir la sécurité et la continuité des voies pour les piétons, les cyclistes.
  • Demandons des précisions sur les aménagements au niveau de l’échangeur du Pradas  du LIEN : murs anti-bruits, revêtement, gestion des bassins de rétention et gestion des pistes cyclables et taille du parking-relai, etc.
  • Arrêtons de construire toujours plus de zones commerciales et d’activités et imaginons d’autres mode de vie plus intégrés, où télé-travail, promenades à pied, à vélo ou en mini-véhicules électriques constitueraient l’horizon proche.

N’hésitez pas à vous joindre à notre groupe de travail.

%d blogueurs aiment cette page :